header_sommelier_blog
header_sommelier_blog_little
image-header-dossier-les-familles-olfactives

Dossier : Les familles olfactives

Elles permettent de caractériser le parfum. Description et histoire des grandes familles d’odeurs.

Publié le
26 février 2020

par
Samuel Fillon

Teemu Paananen @ Unsplash

Comme beaucoup de concepts liés au parfum – la notion de famille olfactive est avant tout une invention “marketing” permettant de faciliter la compréhension auprès du public non initié.

Les 7 familles sont les Orientaux, Boisés, Hespéridés, Aromatiques, Floraux, Chypres et Fougères.

Autant le dire d’emblée, si certains noms sont assez compréhensibles sans explication – Boisés, voire Aromatiques – les autres peuvent laisser perplexe.

Penchons-nous de plus près sur leur signification :

Orientaux

Parfums construits autour de la note ambrée – elle-même un mélange de Vanille, Ciste Labdanum et de Opoponax. Les résines en tout genre – Benjoin, Myrrhe, Encens etc. – sont aussi les bienvenues pour compléter un portrait qui se veut chaleureux et sensuel.

Boisés

En parfumerie, tous les bois ne se pas fait égaux. Concentrons-nous sur les stars : le santal, le cèdre, le oud et le vétiver sont de loin les bois les plus utilisés. Ce dernier est un type de racine le plus souvent cultivé en Haïti ou en Indonésie et qui donne une odeur fumée et sèche très caractéristique.

Les clichés de la parfumerie moderne veulent que les parfums boisés soient plutôt portés par des hommes mais la parfumerie de niche regorge d’exemples de parfums boisés unisexe voire même féminins.

Hespéridés

Sans doute le nom le moins évocateur (quoique, comparé à Chypre…) bien qu’en fait assez simple à identifier. Ce sont les agrumes qui donnent leurs nom à cette famille.

Dans la mythologie grecque, les Hespérides sont les 3 nymphes dites du Couchant : Églé, Érythie et Hespérie. Le Jardin des Hespérides, dont elles sont les résidentes, est le siège du onzième des travaux d’Hercule dont la mission s’agit alors de rapporter les “fruits d’or” d’un pommier. Ces fameuses “pommes d’or”, si farouchement recherchées par notre héros ne seraient autres que… des oranges, alors inconnues des grecs. Le Jardin des Hespérides aurait été positionné entre les villes actuelles de Tanger et de Larache au Maroc, donc bien loin des rivages Grecs.

Par extension, les agrumes – orange mais aussi bergamote, petit-grain, mandarines et autres yuzu – constituent la famille des hespéridées. Les notes hespéridées, très volatiles, donneront souvent les premières notes d’un parfum mais seront indiscernables après seulement quelques minutes.

Aromatiques

Les notes de lavande, romarin, thym ou encore de menthe sont les protagonistes phares de cette famille qui constitue une grande partie des parfums dits masculins que l’on peut trouver en parfumerie grand public. Sans tous les citer (la liste serait longue), des représentants typiques sont Acqua di Gio d’Armani, Cool Water de Davidoff, La Nuit de L’Homme de Yves Saint Laurent ou encore le très classique Pour un Homme de Caron.

Floraux

C’est au tour du cliché féminin de se manifester. Place aux fleurs dans toute leur splendeur et dans toute leur variété. Des inséparables roses et violettes aux fleurs blanches comme le jasmin, l’ylang-ylang et la fleur d’oranger, les fleurs constituent le coeur de plus de 90% des créations block-buster actuelles visant le public féminin. Les hommes ne sont pas laissés pour compte et pourront user à leur avantage d’un iris subtil et androgyne ou encore d’une rose accompagnée d’oud pour un mélange oriental.

Chypre

Nous le disions en début d’article, les familles olfactives permettent de mieux comprendre et comparer les parfums entre eux. Et bien, tout comme les Hespéridés, il y a fort à parier que le terme de Chypre ne vous évoque rien au delà de l’Île Méditerranéenne. Pour mieux comprendre, nous vous proposons un flashback en début du XXe siècle en compagnie d’un personnage qui marquera l’industrie du parfum à tout jamais : François Coty.

D’origine Corse, Coty est à la fois un nez de talent et un “marketeur” de génie – sans doute même le premier à marquer l’industrie du parfum. Sa Rose Jacqueminot, créée en 1907, donne lieu à une anecdote devenue légendaire. Démarchant ce qui était à l’époque le Magasin du Louvre pour qu’y soient vendus ses parfums, le parfum de Coty aurait été accueilli avec plus de doute que prévu et l’histoire voudrait qu’en en partant, Coty feigne la maladresse et casse sur le comptoir du Grand Magasin un flacon de sa Rose Jacqueminot, créant par la même occasion un attroupement de clientes désireuses de connaître le nom de ce parfum si séduisant dont elles ne connaissaient pas d’équivalent.

En 1917, coup de tonnerre, Coty sort Chypre, un parfum qui fera le succès commercial de son créateur et créera des générations de parfums s’inspirant de sa structure, très caractéristique. Dans un Chypre classique, on trouvera toujours la bergamote en tête accompagnée d’un coeur de fleurs – rose ou jasmin – de mousse de chêne et de patchouli en fond.

Plusieurs générations plus tard, le Chypre est encore d’actualité, décliné et revisité sous de multiples formes, mais conservant un charme désuet qui en fait justement l’attrait.

Fougère

Tout comme le Chypre, si la Fougère ne vous évoque probablement pas grand chose, c’est parce que cette “famille-structure“ tient son nom d’un parfum, là aussi quasi légendaire : Fougère Royale d’Houbigant, sorti en 1882 et de nos jours encore une composition de référence pour les parfums masculins (là encore, nous devrions dire “cliché” masculin). Hygiénique, proche de l’odeur de savon et de mousse à raser, la recette magique est une tête lavandée accompagnée de géranium en coeur et de notes de fonds mousse de chêne et coumarine – une substance naturelle à l’odeur chaude et douce que l’on retrouve notamment dans l’amande et la fève tonka.

Pour décrire un parfum avec un peu plus de finesse, la famille olfactive est souvent accompagnée d’une sous-famille (Oriental floral, Fougère orientale, etc.) mais ce couple famille / sous-famille étant souvent attribué de façon arbitraire, nous préférons pour notre part visualiser le parfum projeté selon son importance sur les 8 axes suivant : Agrumes (plutôt que l’élitiste Hespéridés), Floraux, Fruités, Verts (notes aromatiques), Boisés, Gourmands (Sucreries en tout genre, de la facette gustative de la vanille et de la fève tonka aux odeurs de praline et de caramel), Epicés, Animales (Musc, miel, civette, etc.).

Et vous ? Une famille ou un type d'odeurs favori ?

Le parfum idéal est à votre portée.