image-header-2019-04-15-lundistory-jadore-de-dior

#Lundistory : J'adore de Dior

author_image
Cassandra Thanh
15 avril 2019 · 4 min de lecture

C’est en 1999 que J’adore voit le jour. A cette époque, la mode n’était pas aux parfums féminins ou luxueux, bien au contraire les jus unisexes sont de rigueur et le CK One de l’américain Calvin Klein constitue le bestseller de la parfumerie. Avec sa bouteille aux allures de flacon pharmaceutique et son bouchon en aluminium, ce dernier est aussi éloigné que possible des codes du luxe et pourtant il représente en cette année-là le comble du chic.

La Maison Dior souhaite frapper fort pour recréer le succès de son iconique Miss Dior sorti en 1947 et imaginer un parfum qui serait à l’image de sa marque. En effet, habituellement les spécialistes de la communication en parfumerie privilégient la création de parfum autour d’un concept ou d’une image que la fragrance veut renvoyer à son public à l’instar de la femme-enfant ou de l’homme indépendant… Ici, rien de tout ça puisque la marque souhaite un parfum représentatif de la griffe Dior : LA maison de haute-couture spécialiste du travail de la matière précieuse, rien que ça.

« Pour de grands parfums comme J'Adore, c'est la maison qui s'exprime » affirme François Demachy, créateur en parfumerie Dior.

La nouvelle essence Dior sera luxueuse, brillante de milles feux, sensuelle et sophistiquée.

Ce défi sera confié à la jeune Carice Becker, à qui l’on doit Hugo Woman, la maison ne lui donnera qu’une seule directive : le parfum doit contenir des notes florales. Un impératif qui répond à l’amour de Christian Dior pour les fleurs, ce dernier déclare qu’"après les femmes, les fleurs sont les créations les plus divines".

Le parfum naîtra de l’emploi de notes florales et très luxueuses telle que l’orchidée cristallisée, la violette de France ou encore la fleur de champaca, membre de la famille des magnolia originaire d’Asie. Ces ingrédients d’une extraordinaire qualité contribueront au succès de la fragrance.

undefined

Flacon d'origine Dior J'adore

Notes de tête : Mandarine

Notes de coeur : Rose, Pêche, Jasmin, Violette, Prune, Ylang-Ylang, Muguet, Champaca

Notes de fond : Muscs blanc, Santal, Vanilline

Ce mélange incarne la séduction, la sensualité et la sophistication : des valeurs propres à la femme Dior représentant à la fois le luxe de la maison de haute-couture.

Pour le flacon, on fera appel à Hervé Van der Staetan, ancien élève des Beaux-Arts s’étant fait connaître par ses créations de bijoux.

Sabina Belli, alors directrice internationale des produits parfumants de Dior, déclara : "Lorsque nous avons commencé à réfléchir au flacon, nous sommes partis sur des volumes baroques pour revenir finalement à la simplicité de l'amphore, un des emblèmes de la marque.” La différence se jouera sur le long col cerclé d’or rappelant les bijoux des “femmes girafes” en Birmanie ou les colliers Massai prisés par le créateur John Galliano. Le flacon évoquera également les courbes sensuelles d’une femme.

undefined

Carmen Kass pour Dior

Les égéries de J’adore contribueront grandement à sa notoriété : en 1999 le parfum est représenté par la mannequin Carmen Kass dans un spot publicitaire (disponible ici ) où elle semble prendre un bain d’or. C’est l’actrice Charlize Theron qui prendra sa suite vêtue d’une parure de bijoux et d’un drap de satin doré qu’elle arrachera tour à tour jusqu’à ce qu’il ne lui reste que l’invisible parfum (ici ), et dans un spot où des figures connues telles que Grace Kelly et Marilyn Monroe feront des apparitions holographiques (ici).

Dès sa sortie en 1999, le parfum fut un des plus gros succès de vente et devint un incontournable de la parfumerie. Il réussira même à détrôner en 2011 un certain Chanel n°5…

undefined

Charlize Theron, égérie actuelle de Dior J'adore



author_image
Cassandra Thanh
Rédactrice Parfum chez Sommelier du Parfum
android_image_indexapple_image_index